25 janvier 2012

Le Voyage extraordinaire (et Le Voyage dans la lune)

Les cinéphiles ne peuvent passer à côté de Georges Méliès : pionnier du cinéma fantastique et du cinéma tout entier, le prestidigitateur parisien a, plus que quiconque, innover le septième art du début du XXème siècle. Avec ses fééries, les commentateurs lui accordent nombre de découvertes : la récit fantastique au cinéma (qui contrastait alors avec le naturalisme des vues Lumière), les effets spéciaux (ce que Méliès appelait alors les « trucs »)... mais aussi et surtout l'invitation à l'évasion. Souvent plagié dans son époque, maître incontesté de plusieurs héritiers encore aujourd'hui, Georges Méliès a sans doute été le premier à divertir et faire rêver son public. Si les grandes firmes françaises le tueront économiquement à la veille de la guerre, notamment Pathé avec laquelle il signa un contrat qu'il ne pouvait honorer, et si l'homme sombra peu à peu dans le désespoir, rien enlève à son prestige.
Du moins, c'est ce que pense fortement Serge Bromberg, déjà restaurateur de L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot. En compagnie d'Eric Lange, les deux hommes se sont lancés dans une quête des plus passionnantes : restaurer l'unique copie couleur connue du chef d'œuvre ultime de science-fiction de Georges Méliès. Le Voyage dans la lune n'avait à priori aucune version colorisée à la main. A la découverte d'une vieille bobine dégradée du film, alors bel et bien colorisée, Bromberg et Lange n'hésitent pas une seule seconde à se lancer dans un travail fastidieux de restauration.
Le documentaire Le Voyage extraordinaire s'intéresse finalement assez peu à cette restauration, en ne s'y attardant que dans la seconde partie. La première est consacrée à un panorama pédagogique retraçant la vie du cinéaste Méliès. Croisant des archives précieuses à des commentaires de réalisateurs contemporains (notamment Jean-Pierre Jeunet ou Michel Gondry), le film suit chronologiquement le travail de Méliès et en montre toute l'ingéniosité et l'apport considérable pour le cinéma. Narré par la voix off entrainante de Bromberg, le documentaire est aussi instructif qu'attractif. Mais c'est surtout lorsque l'on s'intéresse à la restauration que le documentaire passionne : travail d'orfèvre de manipulation, innovations techniques supervisées par Tom Burton, le directeur américain de Technicolor... Le spectateur découvre et suit ce lent processus brièvement raconté (une dizaine d'années !), fait avec une passion que le documentaire communique assez bien avec son spectateur.
Ce travail fastidieux de rénovation sert finalement une redécouverte passionnante du Voyage sur la lune de 1902. Les couleurs chatoyantes donnent encore plus de fantaisie au film. La bande-son, signée par le groupe Air, est étonnante et osée. Loin de créer un schisme anachronique, elle modernise et confère une immortalité encore plus sensible au chef d'œuvre de Méliès. Cependant, elle efface la place du bonimenteur, assez utile pour la compréhension complète du Voyage sur la lune (et présent dans d'autres versions anciennes du film).
Présenté à l'ouverture du dernier festival de Cannes, rejoint par l'adaptation d'Hugo Cabret par Martin Scorsese, ce programme alliant documentaire et œuvre restaurée est un joli trésor pour les amateurs de cinéma primitif ou bien pour les simples curieux cinéphiles avides d'histoire. Une chose est sûre, en lui rendant encore hommage, le XXIème siècle a raison de ne pas oublier le grand Georges Méliès.


Réalisé par Serge Bromberg et Éric Lange
Œuvre originale de Georges Méliès
Film français | Durée : 1h20
Date de sortie en France : 14 Décembre 2011

6 avis gentiment partagé(s):

Alamissamoun a dit…

Je l'ai vu lors de la projection événement à l'institut lumière, magnifique !!! Une expérience unique et indispensable à tout cinéphile.

Jérémy a dit…

La redécouverte est assez magique c'est vrai.
Personnellement, j'ai pu profiter d'une rencontre avec Serge Bromberg, qui nous a notamment fait le plaisir de repasser le film avec le bonimenteur : tout le monde a basculé cent ans en arrière ! :)

Christophe a dit…

Voilà un article qui ne peut que me réjouir !!

Jacques-Henry Jacquart a dit…

J'aime beaucoup Serge Bromberg ! Il me rappelle pleins de souvenirs d'enfance (il présentait notamment une émission pour les enfants sur France 5 du style Ca Cartoon, ça s'appelait Cellulo). Maintenant il s'agit d'un excellent réalisateur de documentaires. J'ai notamment vu celui sur Romy Schneider, film pour lequel il a reçu un César en février 2011.

Bonne soirée

Emile a dit…

Tu n'as même pas vu mon nom au générique ? vilain!!

Jérémy a dit…

Christophe : Au plaisir !

Jacques-Henry Jacquart : Je ne connais pas cette émission ! En tout cas je conseille vivement ce beau programme.

Emile : Et bien si, certainement. Je reste toujours lors des génériques ! (Site intéressant, merci pour le lien)

Enregistrer un commentaire

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More

 
PBTemplates pour le design | Merci de me contacter avant toute utilisation du contenu de ce blog