8 janvier 2012

La Délicatesse

Nathalie est jeune, belle, amoureuse, trouve un travail. Mais la mort de son jeune mari bascule sa vie : endeuillée dans la solitude, elle retrouve peu à peu ses repères dans son cercle d'ami et son travail. Dans un moment de rêverie, elle embrasse un de ses collègues. Ce Markus, qui passe inaperçu dans l'entreprise, est pourtant loin du prototype d'homme intéressé par les charmes de la jeune femme. En compagnie de son frère Stéphane, déjà directeur de casting pour le cinéma, David Foenkinos adapte ici son propre roman éponyme, avec Audrey Tautou et François Damiens dans les rôles titres.
Cette comédie douce amère se laisse assez agréablement regarder. Sorte de Belle et la Bête contemporain dans un Paris de nos jours, La Délicatesse est un film léger sur la reconstruction affective et le hasard amoureux. L'âme du film et du livre est bien entendu cette rencontre singulière et hiérarchiquement opposée, bien portée par son duo de comédiens. Le rôle semble écrit pour Audrey Tautou, sensible et très à l'aise dans l'exercice tragi-comique qu'on lui connait déjà. La réelle surprise est en réalité celle d'un François Damiens à la gaucherie attachante, sans cesse dans la disgrâce gracieuse, qui accompagne les meilleures séquences du film. Les réalisateurs semblent avoir trouver le bon ton, empruntant parfois à la légèreté ses meilleures possibilités : d'un trajet onirique de Markus croisant sur sa route des jeunes femmes qui le charment, à un dialogue au restaurant filmé le temps d'un instant dans un aquarium, c'est lorsqu'ils communiquent leur plaisir de metteur en scène que les réalisateurs convainquent le mieux. Car bien porté par ses seconds rôles - certainement une qualité de directeur de casting – La Délicatesse s'offre finalement comme un chocolat réconfortant proprement emballé.
Proprement à défaut de l'être moins. Car évidemment, de ce premier essai filmique suinte ici ou là quelques failles qui viennent malheureusement nuancer la bonne appréciation du spectateur : d'une voix-off facile à des ellipses trop chapitrées dans ses effets de fondus au blanc, les réalisateurs peinent de manière générale à donner de l'épaisseur à leur scénario. Le tout s'avère un peu trop lisse et glissant pour que La Délicatesse se détache tout à fait de son papier. Il faudra alors se contenter des belles émotions ponctuelles que parviennent toutefois à capter David et Stéphane Foenkinos, sur le toit de l'entreprise, sur un pont où la Tour Eiffel s'illumine soudainement... à l'image de la conclusion à la poésie quasi bergmanienne dans Les Fleurs sauvages, qui ferait regretter que l'ensemble n'ait pas tendu dans ce même sens. Pour un premier essai, le résultat de ce film avant tout populaire reste toutefois de bonne facture.


Réalisé par David et Stéphane Foenkinos
Avec Audrey Tautou, François Damiens, Bruno Todeschini
Film français | Durée : 1h48
Date de sortie en France : 21 Décembre 2011

3 avis gentiment partagé(s):

ptiterigolotte a dit…

Je n'ai pas lu le livre... Mais on m'avait dit qu'il était léger... J'ai l'impression d'avoir vu et revu ce genre d'histoire... Ce pourquoi, je ne suis pas allée voir La délicatesse au cinéma (Ouuui, même pas pour Auudrey !)

Jacques-Henry Jacquart a dit…

J'ai très envie de voir ce film. C'est pour son histoire mais surtout pour le casting : j'adore Audrey Tautou et François Dameins. D'ailleurs il m'amusera toujours autant dans ses caméras cachées...

Bonne journée.

Jérémy a dit…

ptiterigolotte : Le film est en effet assez prévisible dans son genre. Après pour Audrey Tautou, va le voir quand même ! Si tu l'aimes bien, tu vas sûrement l'apprécier dans ce rôle qui lui va naturellement bien.

Jacques-Henry Jacquart : Le couple est assez improbable mais c'est tout l'intérêt du livre et du film. Ça vole jamais très haut mais je dois avouer que c'est plutôt rafraichissant.. !

Enregistrer un commentaire

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More

 
PBTemplates pour le design | Merci de me contacter avant toute utilisation du contenu de ce blog