31 octobre 2011

Polisse

Après Pardonnez-moi et Le Bal des actrices, Maïwenn signe un troisième film auréolé d'un prix du Jury à Cannes en guise de promotion. Polisse raconte le quotidien des policiers de la BPM de Paris – Brigade de Protection des Mineurs – entouré d'acteurs désormais fidèles à sa réalisatrice (Karin Viard, Marina Foïs, Joeystarr...). Maïwenn, bien accueillie par la critique depuis son premier long, propose un cinéma réaliste, parfois sensible, parfois au bord de l'hystérie, parfois drôle. Polisse vient prouver une certaine cohérence à cette ligne de conduite : inspirée par un reportage télévisé, Maïwenn réalise un film fort, très imparfait, mais qui semble étrangement se nourrir de ses fêlures.
Caméra à l'épaule en multicams, jeu très libre des acteurs, le style de Maïwenn peut agacer de par sa radicalité de forme. Les situations très atypiques des interrogatoires rappellent parfois celles des Bureaux de Dieu. Proche de la forme télévisuelle (ou du journal intime amateur dans Pardonnez-moi), la quête obsessionnelle de la vérité à travers la saisie des instants, entraine souvent la cinéaste à brouiller les frontières. En mettant en scène ce qui s'y passe en temps normal, Polisse cherche à capter, de par sa caméra toujours très proche de ses personnages, l'émotion juste ; qu'elle soit belle et assimilée par le spectateur (l'histoire d'amour, la haine de Fred face à l'individualisme) ou la plus surprenante d'humanité (les éclats de rire nerveux, la relation à fleur de peau entre Nadine et Iris...). Et si Maïwenn sort de cette épreuve avec un prix à Cannes, il n'est pas démérité.
A l'instar de ses deux précédents films, Polisse se présente comme un bordel bien organisé. Avec un montage purement chronologique, la réalisatrice fait marier ses séquences dans un éclectisme perturbant mais à la droite justesse de l'émotion. En voulant trop en dire et trop faire partager dans un condensé fragile de fragments de vie, la mise en scène est poignante même lorsqu'elle frôle les limites. C'est un peu la force de Maïwenn : ne s'accorder aucune barrière, sans craindre ni la singularité filmique ni l'adhésion de son spectateur. Seule la conviction semble compter dans cette déstructure qui joue au yoyo avec l'affect, et qui reflète sans doute beaucoup ce que nous sommes. Avec cette brigade des mineurs, Maïwenn semble ainsi avoir trouvé le terrain de jeu idéal à ses envies créatrices : en suivant ces adultes qui se doivent de rester forts à longueur de temps, Polisse fait briller les grandes forces (cette fameuse dignité) et fragilités de l'être humain.
Plus en retrait, le personnage de Maïwenn gagne ici en humilité même si le caméo ne présente que peu d'intérêt si ce n'est sa mise en abime elle-même redondante (photographe / cinéaste, bon). Et même si le film ose sans doute à tort un dénouement choc – la fin avait-elle besoin de cette dramatisation ? - en délivrant l'enfance d'un mal que les personnages et les spectateurs absorbent jusqu'à saturation, Polisse se tire de cette affaire étriquée avec des hommages émus ; ceux réservés aux œuvres les plus cruellement douces.


Réalisé par Maïwenn
Avec Karin Viard, Joey Starr, Marina Foïs
Film français | Durée : 2h07
Date de sortie en France : 19 Octobre 2011

16 avis gentiment partagé(s):

pierreAfeu a dit…

Tout comme toi, j'ai été emporté, et ce malgré les maladresses. Polisse fait partie de ces films qu'on n'analyse pas vraiment, mais dont on sort soit bouleversé soit agacé.

2flicsamiami a dit…

J'adore le terme de "bordel bien organisé" car c'est vraiment ce qui ressort du style de Maiwenn dans ce film. Elle joue vraiment à fond dans le brut, le choc, mais en tout cas on ne peut resté insensible au film.
Et magnifique critique soit dit en passant :)

fredastair a dit…

Voilà un avis qui, comme celui de Pierre, reflète parfaitement ce que je pense. "Polisse" nous secoue, nous émeut voire nous bouleverse, c'est un film fort dont on sait les faiblesses mais qui nous emporte malgré elles - voire qu'on finit par adopter. Sentiments difficiles à retranscrire !
En tout, pour moi, l'un des coups de cœur les plus inattendus de 2011.

Marcozeblog a dit…

Sans allez aussi loin que toi dans l'analyse, je n'ai pas vu de maladresses. Les acteurs semblent libres de paroles et le côté documentaire rend tout ça crédible. On est plus dans la fiction.

Squizzz a dit…

Ah comme que je suis d'accord ! Effectivement "Polisse" a des défauts mais comme toi je trouve qu'ils donnent sa force au film, et c'est bien ça l'important.

critique ouverte a dit…

un film dont on m'a dit beaucoup de bien..
J'irai le voir je pense :)

Bob Morane a dit…

J'ai beaucoup aimé aussi sans que ce soit un chef d'oeuvre mais en effet très fort.

mymp a dit…

Non, non, non et non ! Pas toi Jérem ! Tu n'es pas tombé non plus dans le piège de ce film raté ?! C'est triste à dire, mais je crois qu'on va le retrouver dans pas mal de top à la fin de l'année, et ça me chagrine beaucoup.

Phil Siné a dit…

oui c'est un tres chouette film !! :)

Jérémy a dit…

pierreAfeu : C'est certain qu'à l'analyse, 'Polisse' ne représente peut-être pas le genre de films les plus passionnants à analyser. Mais quelle claque !

2flicsamiami : (Merci ;) ) Maïwenn depuis trois films développe un style assez singulier (et très discuté) qui en effet est très "brut", pour certain trop télévisuel ou amateur... Personnellement le naturalisme excessif de la mise en scène qui va de paire avec la liberté du scénario me plait car la direction d'acteur est à la hauteur du procédé. La réalisatrice parvient à rendre mal à l'aise le spectateur, le questionner, le heurter... mais finalement à l'émouvoir à raison. Je pense.

Fredastair : Bel enthousiasme ! Personnellement je n'irai pas jusqu'au coup de cœur, mais j'ai reçu le coup de poing que j'attendais.

Marcozeblog : Et pourtant si c'est de la fiction. Je trouve certaines maladresses assez marquantes (le trajet en bus avec les enfants, la fin inappropriée, certaines séquences en creux). Mais la crédibilité est au rendez-vous - et heureusement parce que ça semble une des priorités de Maïwenn, malgré ses thèmes forts depuis 'Pardonnez-moi'.

Squizzz : La démarche est bancale, mais l'instant saisi en ressort d'autant plus fragile et intense. Ca parait quelque peu contradictoire, mais parfois il est vrai que le ressentit de spectateur est étrange ! On pourrait démolir la mise en scène de Maïwenn, mais ici l'émotion prime.

Critique ouverte : Un conseil !

Bob Morane : Tout à fait d'accord ;) .

Mymp : Oh mon pauvre Mymp... Ressaisi toi ! Piège - film raté - non !
'Polisse' n'est pas plus un piège que Maïwenn une manipulatrice des images. Son obsession à saisir l'émotion ou l'intensité d'une scène jouée ou improvisée peut agacer. Mais je pense que la réalisatrice souhaite avant tout que le spectateur se laisse transporter, qu'il entre le plus intimement possible avec cette brigade (ou avec sa famille, ses actrices). Je trouve le ton juste - la réalité est sans doute très proche - mais surtout pertinent. Moi ce qui me chagrine c'est qu'on se refuse à recevoir le film !

Jérémy a dit…

Phil Siné : Je le trouve pas assez léger pour le qualifier de "chouette" ;) , mais le moment passé n'est pas manqué c'est vrai.

neil a dit…

Oui c'est un film fort et rondement mené. J'accroche un peu moins avec le montage frénétique mais il fait partie de l'urgence de l'exercice. Un bon film, qui aurait pu être meilleur mais qui n'est déjà largement pas si mal.

Christophe a dit…

Une des rares films qui m'a satisfait des derniers temps... J'ai vu beaucoup de films décevants, celui relève le niveau, notamment du cinéma français...

Anonyme a dit…

Tu écris toujours aussi bien et aussi justement mon cher Boul :) Et je ne peux m'empêcher de souligner l'usage que tu as fait du mot FELURES .... Gnéhéhéhé
Shad

Jérémy a dit…

Neil : On a tendance à faire l'apologie de la singularité dans le cinéma français, mais je pense qu'ici ça se justifie. 'Polisse' est un film qui personnellement m'a intéressé dans l'originalité de sa forme, et bien entendu par l'interprétation forte de ses acteurs.

Christophe : J'ai trouvé la rentrée assez bonne pour ma part ! Mais assurément, je trouve que 'Polisse' fait du bien à notre production française.

Anonyme... pas si anonyme que ça : Héhé merci Shad' ! C'était une spéciale casse-dédi le coup de la "felûre" ;) . Hésite pas à écrire ici, ca me fait plaisir !
A bientôt :) .

Robin Simon a dit…

Ah oui, alors là c'est un très bon film !

Enregistrer un commentaire

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More

 
PBTemplates pour le design | Merci de me contacter avant toute utilisation du contenu de ce blog