28 août 2010

La Loi et l'ordre

Après avoir signé le thriller plutôt discuté 88 minutes, Jon Avnet crée enfin ce qu'attendait de nombreux amateurs : faire rencontrer Al Pacino et Robert De Niro dans le même film, en vedettes flics principales. Il est vrai que cela a de quoi charmer au vu de la carrière impressionnante de ces deux acteurs. Le scénariste du remarqué Inside Man, Russell Gewirtz, leur taillent deux personnages sur mesure : Turk et Rooster, vieux collègues détectives bossant ensemble depuis trente ans, dont la simple idée de la retraite les fait vomir. Mais ils rencontrent un problème de taille : un serial-killer intraçable dont tout laisse à croire qu'il est un collègue parmi eux...
Ce face à face musclé avait de belles promesses. Malheureusement, La Loi et l'ordre - piteusement traduit de Righteous Kill - ne sera pas le grand thriller attendu, et même son exact contraire. Le grand problème du film, c'est que la sauce ne prend pas et dès le début. Appuyant un suspens avec la fausse idée que le tueur est l'un des deux collègues, le scénario ne parvient pas à mêler ses ficelles autour de ce fil rouge, faisant sombrer petit à petit ce thriller dans un ennui amer. On attendait de voir un Al et un Rob en grande forme, c'est finalement deux quasi retraités que l'on retrouve, à l'humour mauvais qui se tapent mutuellement la bedaine entre deux trois séances de muscu. La mise en scène est pauvre et s'accorde plus à un téléfilm transparent et sans intérêt. La présence aussi commerciale qu'inutile d'un figurant nommé 50 Cent basculerait presque l'ensemble dans la vulgarité. Seules quelques scènes avec le duo "ennemi" des deux vieux compères créent l'étincelle. Seul problème, c'était un incendie tout entier que l'on aurait aimé voir... Et faisons abstraction d'une misogynie insupportable si l'on ne veut pas se faire trop mal, car rarement un personnage féminin pourtant adorable (interprété par Carla Gugino) n'aura été approché avec tant de maladresses dans un film policier. Là où on la voit faire des galipettes musclées et impersonnelles, c'était un peu plus de cœur qui aurait été le bienvenue histoire de se convaincre encore que ces deux hommes ne croyaient pas seulement et bêtement en Dieu. Mais c'est comme ça : on ne peut pas aimer les armes et aimer autre chose, à croire que c'est évident...
Inutile de chercher des failles dans cet échec, car l'ennuie l'emporte largement. Quant au twist final, il perd cruellement de son effet en étant attendu depuis les dix premières minutes du film. Une véritable déception pour un film qui aurait pu être un évènement, et qui s'avère être au final une mauvaise blague à oublier.


Réalisé par Jon Avnet
Avec Robert De Niro, Al Pacino, Curtis '50 Cent' Jackson
Film américain | Durée : 1h40
Date de sortie en France : 08 Octobre 2008

8 avis gentiment partagé(s):

Fri a dit…

Je vois que je ne suis pas le seul à avoir compris le dénouement très rapidement! Un duo énorme en tête d'affiche attendu depuis longtemps, mais au final c'est le seul plaisir du film. Une intrigue déjà-vue, des rebondissements ratés,... une belle déception.

Squizzz a dit…

Je l'ai vu à sa sortie, je me souviens seulement qu'en sortant de la projection, je m'étais dit "Mouai, ça casse pas trois pattes à un canard". Sinon tout le reste du film m'est sorti de la tête. Il y a des fois comme ça, c'est peut-être mieux d'oublier ;)

Christophe a dit…

Jon Avnet n'est pas le premier à les avoir fait se rencontrer. Michael Mann l'avait déjà fait dans le très beau "Heat". Mais il est vrai qu'ils n'avaient, je crois, qu'une seule scène commune... Quant au film, "La loi et l'ordre", je l'ai vu à sa sortie et ne conserve dans ma mémoire que le souvenir d'un profon ennui...

Jérémy a dit…

Nous sommes bien d'accord, je vois :) .

Al Capitaine a dit…

Je me souviens avoir adoré ce film !

Jérémy a dit…

Hé bien, tu dois être une espèce assez rare Al Capitaine ! Mais pourquoi pas.
Moi je ne vois absolument aucun intérêt dans ce film si ce n'est celui de se foutre un peu de notre gueule...

contre-plongee a dit…

Si cela peut te conforter dans ta position, saches que 50 cent est également mauvais dans le film "Twelve" qui sort demain, film qu'il n'est pas utile d'aller voir par ailleurs ;)

Silice a dit…

grosse déception pour moi aussi, presque avec l'impression que De Niro et Al Pacino sont fini ou qu'ils avaient fait ça pour l'argent.
Pour le twist final, je me souviens avoir été assez naive comme je le suis souvent mais dés la dernière demi-heure, j'avais (enfin) compris. Une grosse déception, un film dont on peut vraisemblablement se passer.

Enregistrer un commentaire

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More

 
PBTemplates pour le design | Merci de me contacter avant toute utilisation du contenu de ce blog